Les coups de coeur d’Anna K. #1

Comme ses modèles-gouroux des internets*, Anna K. partage ses « favoris » du moment : coups de coeur mode, culinaires, musicaux, radiophoniques…

*(Deedee et Zoella, par exemple)

Voilà son Top 13 : 13 produits qui ont ensoleillés ses journées


Le TOP 13 des coups de coeur

coups de coeur - 2.png

1- Les Bensimon tropicales

DSCF0937.jpg

Question chaussures, j’aime les touches de folie. Et chaque été, je guette avec impatience la collection des Bensimon… orchidées, ananas, coquillages ? Cette année, feuilles de palmiers et de bananiers sur un vibrant fond rouge-orangé !


2- Pin Wes

DSCF0976.jpg

J’aurais des dizaines de lignes à écrire pour parler de la poésie merveilleuse de l’univers de Wes Anderson. Des compositions superbes, une manière si spéciale de raconter les histoires… Mais soyons brefs : pour symboliser mon amour, j’ai cherché sur le royaume du hand-made, Etsy, un petit pin’s représentant Margot Tenenbaum. Depuis, je le porte sur mon béret, à la manière de Marzia et de Jenn.

 

 


3- Créoles

Boucles 001.jpg

Des créoles fines, dorées, aériennes, avec des petites perles colorées pour la touche estivale… Une trouvaille de la boutique Vanina Escoubet !


4- Basilic

DSCF0947.jpg

Un pot de basilic, pour parfumer l’air de la cuisine, les traditionnelles salades de tomate et de façon plus excentrique, des tiramisus à la pêche (recette à venir sur Anna K. & Elsa T. ? Vous avez vu, je maîtrise l’art du teasing !).

giphy-2.gif

 


5- Le mook America

DSCF1024.jpg

« Le mook est une publication périodique de forme hybride, entre magazine, revue et livre »

Notice Wikipédia

 

America a une durée de vie limitée : le mandat de Trump. 16 numéros en quatre ans, pour découvrir « l’Amérique comme on ne l’a jamais lue ». Parmi les premiers « mémorialistes de cet étrange règne », on trouve un poisson dans le bureau ovale, la prix Nobel Toni Morrison, John Irving, Ta-Nehisi Coates, Douglas Kennedy, Barack Obama, un journaliste sur « les pauvres petits blancs » qui ont voté Trump, et même F. Scott Fitzgerald, pour une nouvelle inédite… Un régal !


6- Fleurs séchées

Pour les besoins d’un carnet de voyage, j’ai glissé des fleurs dans la page de livres pour les fleurs séchées. La magie du processus, c’est qu’on ne sait jamais à quoi s’attendre. Parfois les pétales tombent, parfois les fleurs sont sublimées. Plongées sur fond noir, les formes se détachent, comme dans les cyanotypes -bleutés, comme leurs noms l’indiquent- d’Anna Atkins…


7- Phallaina

Les frontières des cases de la BD classique sont dissoutes dans cette fresque incroyable. Phallaina est une bande défilée, un long travelling qui plonge le lecteur en immersion dans les fonds sous-marins et l’univers de la neuroscience. On suit Audrey, victime d’hallucinations sonores et visuelles, dans une odyssée horizontale auditive et visuelle. Les plans s’enchaînent de façon fluide, mêlant effets de parallaxe et aplats. La technique est virtuose, le trait extraordinaire, l’histoire émouvante. Un parchemin numérique à découvrir absolument.

Puisqu’on parle de coups de coeur, si vous aimez l’animation, voici un petit bijou signé Jérémy Clapin, qui évoque également avec délicatesse le sujet de la maladie mentale :


8- « Radio », Born To Die – The Paradise Edition, Lana Del Rey

No one even knows how hard life was
I don’t even think about it now because
I’ve finally found you
Now sing it to me

Now my life is sweet like cinnamon
Like a f-c-ing dream I’m living in

Personne ne peut saisir à quel point la vie a été dure
Je n’y pense même plus car
Je t’ai enfin trouvé
Maintenant chante pour moi
Maintenant ma vie a un gout de cannelle
Tel un putain de rêve dans lequel je vivrais

Tout a commencé par la découverte d’une douce mélodie, reprise par Conan Gray. Je suis tombée amoureuse. Depuis, j’écoute également l’original, composé et interprété par la fascinante Lana Del Rey.


9- S-Town

S-Town est un podcast en sept épisodes. John B. McLemore, horloger, vit à « Shittown », Alabama. Il contacte d’abord Brian Reed et la production de Serial pour qu’ils enquêtent sur un meurtre qui aurait été étouffé… Ce petit bijou radiophonique parle d’astrolabes, de chasse aux trésors, de violence, de labyrinthes, de tatouages, de réchauffement climatique, d’acceptation, de douleur, d’anxiété, de solitude, d’amour(s). Une atmosphère à la croisée de Faulkner et de True Detective, qui fait entendre les voix d’un Sud fascinant. Un ovni bouleversant et délicat, qui, comme tous les chefs-d’œuvre, pose plus de questions qu’il ne donne de réponses.

« Like many great works of art, Jetpack Joyride asks more questions than it answers »

John Green


10 – Les alphabets spéculatifs

« La typographie spéculative consiste en des formes qui vont au-delà de notre compréhension, une écriture indéchiffrable. C’est en quelque sorte une recherche sur les limites entre les lettres et les symboles »

« Typographie spéculative, un graphiste imagine le langage du futur », graphiline.com

BSD_Pic_alt.jpg
Portrait de Barry Spencer

Dans la courte autobiographie sur son site, Barry Spencer écrit : « Je crée souvent des lettres qui ressemblent ou non à des lettres ». Designer et typographe australien qui a consacré son doctorat au « langage du futur », Spencer explore la science du trait avec maestria pour proposer des « alphabets spéculatifs ».

« À travers mes polices spéculatives, je n’essaie pas d’être difficile à comprendre juste dans le but de semer la confusion. Je les utilise simplement comme une méthode afin d’explorer les polices à travers différents moyens et scénarios » explique Barry.

L’Australien commence généralement par dessiner des lettres à la main, essayant plusieurs combinaisons. Puis il les applique sur une grille, comme celle de pages à carreaux. Progressivement, il s’est mis à composer ses propres grilles. En 2015, il a créé une grille par jour pendant 100 jours. Ensuite, il les transpose sur Illustrator où il peut travailler avec des vecteurs, pour créer des animations.

Graphiquement étonnant et mystérieusement élégant.

 

Si l’art du graphisme vous intéresse, je vous invite à découvrir la série de documentaires Netflix : Abstract, en particulier l’épisode consacré à la talentueuse Paula Scher.


11- Crackers riz soufflé

 

Croustillants, épicés… Pas forcément aussi healthy que le paquet le laisse présager mais qu’importe ? J’en veux encore et encore (c’est que le début, d’accord, d’accord).


12- Les fili-tubs de Lutti

DSCF0960.jpg

C’est acidulé, chimique à souhait, merveilleusement régressif. La texture change selon la température ambiante : légèrement élastique par temps froid, plus moelleux dans les températures tropicaux. Attention, addiction !

giphy-4.gif

giphy-5.gif


13- Les Furies

DSCF1022.jpg

« Comme s’il n’avait pu ramasser qu’un seul débris de ce roman explosif, le titre français n’a gardé qu’une moitié du titre américain, binaire et magnétique, digne de Jane Austen : Fates and Furies (Fortunes et Furies), les deux mots fusent, fusionnent, puis se fracassent et s’enfuient »

Critique de Marine Landrot pour Télérama

                                                     Lauren Groff

En 2015, lors de sa parution aux États-Unis, Barack Obama avait proclamé le roman « meilleur livre de l’année ».

Les Furies, c’est l’histoire de Lancelot et Mathilde. Lancelot, que l’on appelle Lotto, est l’archétype du jeune Américain parfait : beau, rayonnant, adoré par sa riche famille de Floride et par ses camarades. Le jour de sa remise de diplôme, il rencontre Mathilde qui, elle aussi, termine son cursus universitaire. Solitaire et secrète, cette grande blonde séduit Lotto qui l’épouse sur le champ, entraînant le courroux de sa mère qui lui coupe les vivres. Le couple vit dès lors du seul travail de Mathilde, dans une galerie d’art, Lotto essayant en vain de percer en tant qu’acteur. Le succès arrivera lorsque, poussé par sa femme, il se mettra à écrire des pièces acclamées par la critique. Couple parfait aux yeux de leurs amis et du tout New York, ils vont traverser les folles années 80 de fête en fête, auréolés par la gloire de Lotto et la dévotion de la si parfaite Mathilde…

Un roman en deux actes : le premier raconté du point de vue de Lotto, le second par le prisme de Mathilde. La narration est émaillée de fragments : une voix mal identifiée qui intervient entre crochets pour commenter, laisser entrevoir la suite mais également des morceaux des pièces théâtrales de Lotto. Une construction vertigineuse, un mélange de Jeffrey Eugenides et d’Hitchcock, de la série The Affair et de la plume acerbe de Jonathan Franzen…

Sexy, lyrique, haletant, noir, glaçant et bouleversant.

Extraits du roman Les Furies de Lauren Groff

« Entre leurs deux peaux, le plus fin des espaces, à peine assez pour l’air, pour ce voile de sueur qui à présent refroidissait. Et pourtant, un troisième personnage, leur couple, s’y était glissé »

« La vie était fragile, Lotto l’avait appris. Les gens pouvaient être soustraits au monde à cause d’un mauvais calcul rapide. Si l’on risquait de mourir à tout moment, alors il fallait vivre ! »

« Lotto s’imagina croiser des bancs de poissons immobiles. Il songeait aux galions qui se trouvaient sous lui, naufragés dans la vase constellée de lingots. Des abysses aussi profonds que le Grand Canyon, par-dessus lesquels il volait comme un aigle sur un ciel aquatique. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *