Kubo ou la poésie du méta

Kubo et l’Armure magique repose sur une idée merveilleuse : intégrer au cœur du film un discours sur la fabrication des histoires. On parle de métatextualité (une oeuvre qui parle de son fonctionnement, réfléchit sur elle-même ).

Kubo est un conteur hors pair. Comme ses créateurs, il fait émerger grâce à son shamisen (une sorte de luth japonais), du papier, des mots et son imaginaire un univers peuplé de héros et de monstres. Les papiers prennent formes et vie, s’animent sous les yeux ébahis de son public. Ces récits font partie des plus beaux moments du film.

 

Geshia Playing Shamisen

« Si vous devez cligner des yeux, faites-le maintenant. Faites attention à tout ce que vous voyez et entendez. Soyez attentifs : si vous perdez le fil du récit, le héros périra. » dit Kubo.

Grâce à ce préambule –au fort potentiel culpabilisant-, le film annonce la place particulière dévolue au public. Impossible de regarder indolemment cette fresque initiatique : il s’agit d’être concentré, actif.

Les autres forces de ce film d’animation ? 

– Son héros : Kubo est un enfant borgne, fragile, touchant. Son kimono est comme sa quête : a priori un peu trop grands pour lui. A priori seulement…

– Son cadre : le Japon médiéval, ses lanternes, ses palais et sa Nature qui font penser aux estampes d’Hokusaï.

image2.jpeg

Hokusai, La Grande Vague de Kanagawa, 1831

– La villageoise Kameyo, personnage tendre, bienveillant, attachant.

image3.jpeg

On regrettera peut-être les facilités dans l’écriture du scénario : certaines scènes sont prévisibles, les péripéties semblent parfois accessoires pour la résolution finale. La fin est pleine de bons sentiments. Les répliques manquent d’un soupçon de second degré…

Mais l’ensemble est réussi.

Verdict : would recommend.

image4

Vous voulez en savoir un peu plus sur la metatextualité ?

« On appelle métatextuel « l’ensemble des dispositifs par lesquels un discours fictionnel évoque les mécanismes qui le produisent », c’est-à-dire tous les moyens qu’utilise l’œuvre pour décrire et commenter son propre statut ou fonctionnement. Le métatextuel est donc de l’auto-référentiel, de l’auto-désignation. »

Langages littéraires : textes d’anglais, Gérard Cordesse, Gérard Lebas, Yves Le Pellec

Anna K.

Elsa.T

Comme beaucoup j’éprouve un petit attachement pour les films d’animations (je ne me suis jamais remise des films Disney, il faut croire…)

Donc aller voir Kubo… n’était pas une épreuve, loin de là! Je ne suis pas aussi altruiste que ça !

Premières minutes du film : désillusion !

Pour ce qui est de l’animation, des images ! Les adeptes de Coraline ou les Noces funèbres apprécieront sans doute… pas moi.

Enfin, c’est ce que je croyais, mais très vite je me suis laissée emportée par le récit, la poésie crée par ce côté « méta » -si bien développé par Anna. K-, les personnages très attachants, la légère tristesse qui nous saisit pendant tout le film -oui même ça !- bref : toute l’atmosphère.

Ma petite surprise ?

L’univers dessiné par les studios Laika avec Kubo est un peu sombre avec une animation, des choix de mises en scènes parfois un peu violent. (Que voulez-vous je suis une vraie bisounours mais peut-être vaudrait-il mieux éviter de partir voir Kubo avec un maternelle, d’accord ?)

Scénaristiquement parlant 

-Euh Kubo… L’armure elle servait à quoi?

En bref

Un film un peu frustrant, avec des ébauches scénaristiques peu exploitées (l’introduction, le roi de la lune, l’univers japonais et son folklore, l’armure, les thématiques de la mort et du pardon…) mais dont la qualité est indéniable (beaucoup de potentiel) qui nous empêche de critiquer totalement le film.

Billet-Kubo 001.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s