Loi Blanquer : école de la confiance ou école de la défiance… #1

école de la confiance de Blanquer parodie

Depuis la rentrée 2018, parents d’élèves, enseignants du primaire et du secondaire se mobilisent pour montrer leur mécontentement et leur inquiétude devant le projet de la “loi Blanquer” pour une “école de la confiance”. Alors qu’elle s’apprête à être étudiée par des sénateurs pendant 3 jours, nous avons décidé de parler de ce projet de loi très controversé…

Loi Blanquer : de simples “outils pour une école plus moderne” ?

Le 26 mai 2017, après sa nomination, le ministre de l’Éducation nationale assurait sur Bfm Tv que : « Il n’y aura pas de Loi Blanquer, j’en serai fier ». Il promettait donc de ne lancer aucune réforme d’ampleur sur l’enseignement contrairement à ses prédécesseurs. Si on faisait preuve d’un peu de mauvais esprit, on serait évidemment tenter de dire que Jean-Michel Blanquer a dû changer d’avis puisqu’il propose cette loi pour une “école de la confiance”…

Si, selon Anne Brugnera, une députée LREM et membre de la commission éducation à l’Assemblée : « L’ambition de ce texte, c’est simplement de donner des outils pour une école plus moderne ». Les syndicats enseignants font une toute autre analyse du texte :

 « A écouter le gouvernement, cette loi ne serait qu’une somme de petites mesures venant réguler des petits sujets, et du coup elle n’est pas du tout débattue comme une loi d’orientation importante ! » dénonçait fin février Stéphane Crochet, du syndicat SE-Unsa (minoritaire). Pour, Francette Popineau, co-secrétaire du Snuipp (majoritaire) « Jean-Michel Blanquer opère une transformation profonde de l’école, un changement de paradigme ».

Un amas de propositions

Le texte rassemble des propositions très disparates et donne l’impression d’être un fourre-tout illisible. Du coup, on y parle aussi bien de la scolarisation obligatoire des enfants dès 3 ans, de la création d’établissements locaux d’enseignement international que de la suppression du Conseil national d’évaluation des politiques scolaires (Cnesco), etc.

Dans ce premier article consacré à la loi Blanquer, nous avons donc choisi de créer de vous présenter les propositions les plus contestées en vous expliquant pourquoi :

Please follow and like us:
error

1 thought on “Loi Blanquer : école de la confiance ou école de la défiance… #1

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *